Posted in Culture

L’Expérimental x Soriba Dabo : L’itinéraire d’un passionné

Partager : Logo de Facebook Logo de Twitter
L’Expérimental x Soriba Dabo : L’itinéraire d’un passionné Posted on 18 mars 2020

Samedi 7 mars dernier, nous avons retrouvé Soriba, au quartier de la Harlière, près de Bellevue, en plein tournage d’un nouveau projet vidéo. Soriba nous raconte sa vie, son parcours et son envie très jeune d’entrer dans le monde du 7 ème art. Morceaux choisis.

Yelena Parentaud : Est-ce que tu peux nous parler de ton parcours ? Quelle était ton envie de poursuivre dans le milieu du cinéma ?

J’ai grandit au quartier de la Harlière, près de Bellevue. J’ai passé un bac Littéraire au lycée les Bourdonnières. Ensuite, je suis entrée en fac d’ Histoire (…) En parallèle, j’ai découvert le cinéma en faisant de la figuration pour TF1 notamment la série « Prof T » ; et pour Canal + avec le film « la surface de réparation » de Frank Gastambide. J’ai été « hypnotisé » par cet univers… j’ai rapidement compris que c’était pour moi. La figuration ne me suffisait pas. J’en voulais plus. On a alors décidé de créer une web série : « OUT », avec Mamo Akkaya et Hafed Mehdaoui. Elle est sortie en 2017 sur YouTube, on a atteint les 100 000 vues par épisode. On a signé un contrat de diffusion avec Télé Nantes, et puis on a enchaîné sur la deuxième saison qui a eu du succès.
En parallèle, j’ai passé des auditions pour le Théâtre National de Bretagne afin d’ entrer dans le programme d’acteur « Premier acte » initié par le comédien et metteur en scène Stanislas Nordey. J’ai suivi des stages au Théâtre National de Strasbourg avec Olivier Py (…). Grâce à ce programme, j’ai appris le métier d’acteur, sa particularité. J’ai fait la classe préparatoire à Mulhouse, la scène nationale de la Filature. Dans cette classe, j’avais l’intervention de comédiens, de metteurs en scènes. Nous avons travaillé sur des textes de grands auteurs et la notion d’être acteur.
En avril 2019, je suis revenue sur Nantes. Les différentes formations que j’ai reçu m’ont servi pour créer Idée Original. Ce projet mêle la littérature à la rue, le théâtre à l’audiovisuel. L’idée était de prendre des textes qui nous inspiraient avec les gars du quartier. Petit à petit, ils ont développé une sensibilité autour de ces écrits. « Idée Original » est sorti au cinéma UGC en septembre 2019, il a eu un bon écho….

Y. P. : Par OUT, tu souhaites déconstruire les clichés qu’on peut avoir sur la banlieue…

OUT était avant tout un moyen de montrer notre débrouillardise. On l’a crée sans l’aide de personne. On l’a réalisé tout seul, on l’a écrit, on s’est débrouillé pour trouver quelqu’un pour nous filmer. Nous ne sommes pas allés chercher de structures.
La série met en lumière la solidarité dans les quartiers, l’amitié qui est peu commune ailleurs.

Y. P : Ces derniers temps, on connaît de plus en plus de films qui parlent des banlieues et qui ont du succès. On pense à Banlieusards de Kerry James, Les Misérables de Ladj Ly récompensé aux Césars, est-ce que ça t’inspire ?

Évidemment ça m’inspire… Ce qu’a fait Ladj Ly c’est énorme. Kerry James aussi. J’adore Kerry James, je l’écoute depuis que je suis au collège. « En feu de détresse » est mon morceau préféré. Ce texte m’a vraiment touché.
Dans leurs films, ils ont pointé des réalités… ils ouvrent le débat, et portent de l’espoir aux jeunes. L’art c’est un outil qui permet de véhiculer des messages, d’accentuer la réflexion…

L’entretien complet est disponible en podcast sur la plateforme SoundCloud  et en vidéo sur notre chaîne YouTube (dans les jours à venir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *