Posted in Culture

L’étoile soleil, notre mère meurtrière [Partie 1]

Partager : Logo de Facebook Logo de Twitter
L’étoile soleil, notre mère meurtrière [Partie 1] Posted on 4 avril 2020

LA NAISSANCE DE NOTRE ESSENCE

En quête de cet accouchement cosmique, baigné dans les hypothèses à profusion…

.

Voici notre astre et sa généalogie, natif de 3 générations.

.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Genèse : la première génération

.

4,6 milliards d’années en arrière,
un nuage moléculaire nage dans notre voie lactée.

En son centre, de pesantes étoiles éphémères se développent et explosent.
Chaque astre qui détonne alourdit ce nuage,
le nourrissant d’isotopes radioactifs et de particules.

Surchargé,
la gravitation le submerge,

au point qu’une explosion supplémentaire le force à se disloquer.

EXTINCTION

Anéantie, l’aïeule de notre Soleil donne naissance à une nébuleuse, accueillant quelques milliers d’astres,
dont Coatlicue,

la future matrice de notre Soleil.

..

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Eclosion de la deuxième génération

.

8 millions d’années passent,
les plus puissants astres se meurent, formant des supernovae.
Ainsi, les éléments radioactifs se dissipent, dont l’isotope du fer 60.

2 millions d’années passent et le fer 60 atteint une pouponnière stellaire.

De nouvelles étoiles s’embrasent,
projetant des vents chargés en aluminium 26.

.

100 000 ans plus tard,
provenant de Coatlicue,
un vent empli de fer 60 et d’aluminium 26 comprime la matière qui l’entoure.
Une coquille de gaz et de poussière se forme,

puis s’affaisse sur elle-même.

.

Une centaine d’astres donnent naissance,
dont notre étoile,

notre Soleil.

.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

La troisième génération s’éveille

.

Quelques millions d’années plus tard…

Coatlicue s’effondre

L’événement est immensément visible.

Le soleil et sa fraternité se dispersent aux confins de la voie lactée.

.

Notre soleil reste seul mais les astéroïdes qui lui tournent autour gardent la trace de sa généalogie, sous la forme de dérivés d’aluminium 26 et de fer 60.

.

.

Conjecture fondée par George Meynet (Observatoire de Genève) et Matthieu Gounelle (Musée national d’histoire naturelle de Paris) grâce a la présence de magnésium 26 et de nickel 60 dans les astéroïdes tombés sur Terre.
Ces deux éléments étant le résultat de la décomposition des isotopes radioactifs de l’aluminium 26 et du fer 60.

.

La réponse nous a été envoyée du ciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *