Posted in Société

Innovation & Patrimoine, l’exemple du robot Norio.

Partager : Logo de Facebook Logo de Twitter
Innovation & Patrimoine, l’exemple du robot Norio. Posted on 17 janvier 2020

Il peut paraître surprenant d’allier innovation et patrimoine dans une même phrase. Pourtant pas du tout. Notre patrimoine vit et il a pour mission de se diffuser auprès de toute la société.

Par société on entend toute personne aussi bien jeune et moins jeune, qu’une personne à mobilité réduite ou handicapée, etc. Et sur ce dernier point, c’est tout un défi, surtout sur la question d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite dans un patrimoine bâti protégé. 

Qui dit protection, dit contrainte, règle, surveillance, etc. Des mots qui ne nous plaisent pas mais qui sont pourtant nécessaires pour préserver l’intégrité et l’intérêt d’un lieu. De même, qui dit recevoir du public, dit normes d’accueil et de sécurité. Le tout passant bien sûr par des lois, des décrets et des codes. Sauf que ces deux mélanges ne font parfois pas bon ménage.

Alors comment accueillir une personne à mobilité réduite si on ne peut pas réaliser les aménagements nécessaires dans un patrimoine bâti protégé ?

L’équipe du Château d’Oiron a essayé de résoudre ce problème par la voie de l’innovation puisque les solutions existantes ne convenaient pas à la structure du château qui est classé au titre des Monuments Historiques, en plus d’exposer des collections et des œuvres d’art contemporaines.

Château d’Oiron, XVIe siècle, dans les Deux-Sèvres, France.
© Château d’Oiron

Norio, le robot avatar du Château d’Oiron.

Norio, c’est le petit nom du robot qui permet aux personnes à mobilité réduite de visiter l’étage du Château d’Oiron depuis le 23 novembre 2013. Son nom vient de l’inversion de celui du château.

C’est un projet mené, pendant plus de trois années, par la société française Droïds Company (plus en activité depuis février 2019), le Château d’Oiron et le Centre des Monuments Nationaux, ainsi qu’en partenariat avec l’Association des Paralysées de France (APF).

Dès le début du projet, Samuel Quenault, chargé des collections et de la communication, voulait une solution « nouvelle, technique et technologique », afin d’encourager les personnes à mobilité réduite à venir visiter le château.

Avant Norio, « nous n’avions que très peu de personne handicapé moteur qui osait venir au château. »

Frédéric Henri, chargé de gestion et de partenariats au Château d’Oiron.

Comment Norio fonctionne-t-il ?

Le Château d’Oiron a installé une salle de pilotage au rez-de-chaussée afin que la personne à mobilité réduite puisse vivre la visite à distance. Elle a à disposition une souris qui lui permet de contrôler le déplacement de Norio, qui est à l’étage, mais aussi de sa caméra ; le tout étant projeté sur un grand écran HD. De plus, Norio possède un écran qui retransmet le visage de la personne à mobilité réduite ainsi que le son. De ce fait, elle a la possibilité d’interagir avec les personnes qui l’entoure, même un médiateur.

Les points forts de Norio :

Il a tout d’abord été conçu en étroite collaboration avec des personnes à mobilité réduite, afin de répondre au mieux à leurs besoins. Il est de plus en plus important de mettre au centre d’un projet les futurs usagers, pour garantir son succès.

De plus, la plus-value de Norio, est sa « tête » qui retransmet en direct le son et l’image de la personne à mobilité réduite. Cela humanise la machine. Les accompagnants et les autres visiteurs ne sont plus face à une simple machine mais à l’avatar de la personne à mobilité réduite. Cette dernière peut même participer activement à sa visite mais aussi à une visite guidée.

Norio est une alternative convaincante, du fait de sa simplicité d’utilisation et son accès gratuit. On pourrait même multiplier ce dispositif dans les musées et les monuments qui ne peuvent se pourvoir des aménagements traditionnels. Ou encore, l’élargir aux personnes empêchées qui ne peuvent se déplacer depuis leur domicile ou l’hôpital.

De même, d’un point de vue des collections ou de certains espaces, pour les plus fragiles et étroits, cela pourrait garantir leur accès sans mettre en péril leur préservation et leur mission de diffusion.

Les bémols de Norio :

L’investissement financier de Norio n’est pas à négliger. Il aurait coûté près de 80 000€ dont 25 000€ pour l’installation de la Wi-Fi dans le château. C’est une somme importante qui peut être difficile à mobiliser pour d’autres cas.

Malgré ce coût et la technologie proposé on peut se poser la question sur la qualité du visionnage et du son.

« Les yeux sont mes yeux et le robot sont mes jambes.« 

Hélène Grange, personne à mobilité réduite visitant le château de Oiron avec Norio.

Toutefois rien ne remplace la qualité d’une observation directe des lieux et des collections. C’est pourquoi, à mon sens, elle doit rester dans le cadre de certaines conditions d’utilisations et non devenir systématique ou privilégiée.

Enfin, le château d’Oiron possède d’autres pièces à différents niveaux. Ainsi la personne à mobilité réduite se retrouvera seule, à attendre ses accompagnateurs.

Objectif atteint pour Norio ?

Norio avait pour but de favoriser et faciliter la visite des personnes à mobilité réduite du premier étage du château d’Oiron. C’est ce qui est fait et remporte l’adhésion de ses utilisateurs.

Toutefois le concept et la technologie sont améliorables, mais amènent de nouvelles perspectives dans ce domaine et bien d’autres, sans bien sûr tomber dans l’abus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *